À frette : un pied de nez à l'hiver

Avec en tête l’ambition de réunir les artistes, les artisans et les citoyens de la Haute-Gaspésie autour d’un projet créatif et collaboratif, on propose un espace d’expression pour s’raconter l’hiver et s’réchauffer l’imaginaire. La saison est pas morte, a fait la morte. Avec les contes et les légendes du frette, on veut y faire rougir les joues, y pendre au nez la guedille, y faire figer la glace dans moustache.

Le projet À Frette, c’est aussi l’aménagement, au cœur de La Martre, d’un fort extérieur pour l’hiver, une salle à ciel ouvert, une scène de neige, de glace et de sapinages. Ça se veut un lieu rassembleur, imaginé par et pour les citoyens, bâtit en collaborations avec les jeunes du voisinage, comme un terrain de jeu ouvert 24 heures. Construit à bout de bras, à coup de pelles, pis à la sueur de nos fronts, le fort sert aussi d’espace de création, de tribune pour les bouches affranchies, de plate-forme pour les corps dégourdis, de carrefour privilégié pour la rencontre entre créateurs et spectateurs. À Frette, c’est une initiative qui veut allier savoir-faire et faire-savoir dans un esprit de création interactive.

De janvier à mars 2014, on prévoit bouger pis s’faire aller l’inventivité. Au début de l’année, on commence à s’bâtir, à ériger not’ fort de fortune, à y donner des allures de forteresse épique d’où peut naître toutes sortes d’épopées ludiques. On profite aussi de l’hiver pour se dégourdir le festif : y’aura deux shows cabaret extérieurs (les 15 février et 16 mars), éclairés à même le feu de camp, avec du vin épicé et des numéros inédits créés par le Théâtre Témoin, fait d’histoires d’hier pis d’aujourd’hui, de variétés, pis pas juste un peu. On lance l’appel aux créateurs de tous les âges et de toutes les disciplines (conte, performance, installation, musique, danse, etc.). On encourage les amateurs, les professionnels, les bâtisseurs, les rêveurs pis les inventeurs de folies passagères à prendre parole sur la place publique, que ce soit par des initiatives spontanées ou des numéros bien ordonnés. Y’aura aussi, tous les jeudis, une lecture au clair de lune pour les jeunes, des histoires d’un soir avec des héros pis du chocolat chaud. La programmation prend fin lors de la soirée de clôture (le 22 mars), une célébration du printemps sur fond d’artistes invités pis de tire sur la neige.

On mise sur le partage de nos savoirs, de nos histoires et de nos talents pour engendrer la créativité, voire l’inusité, et faire naître l’esprit du bien commun, qu’il s’incarne en objet artistique ou en projet collectif.