Le petit air étonné de la péninsule.

dsc 0027 021Y'a eu l'Estival, Caraquet pis la boîte Théâtre.
Son bord de l’eau. De l’autre bord, Maisonnette.
Y'a eu l''accent de la péninsule.
Ça sonne étonné, ça sonne doux.
Y’a eu Paquetteville : une installation sous le soleil. Le souvenir d’un Jérémi. Des choses qui font du bien.
Y’a eu Bertrand, au Camping Colibri… Le noël des campeur surtout. Pour ceux qui en avaient juste entendu parler, au diable les étoiles, j’suis la parade!
Y’a u Pokemouche, « Just like a perfect day », avec pour seule exception que dans la chanson, Reed ne parle pas de maringouins.
Entre temps, y’a des idées de projets, de grandeur aussi, qui naissent. On rêve. Un frisé, une blonde et une brune en trio de tous les possibles.
Aujourd’hui, on s’est dit : Pourquoi pas?

ENWÈYE, ROULE!

photo 181 009
On roule, on bouge, toutte bouge. Vite.

Le nez dans les grands vents, on est des petits poulets rôtis sur la route des phares. La Baie des Chaleurs nous ouvre grand ses berges. On roule beaucoup, on fait tourner le compteur, on fait tourner les têtes. « Embarque dans l’char, on r’part! »

Bonaventure nous apparait sous le soleil et nous dévoile la douceur des gens du théâtre de la Petite Marée. À Carleton, on est chouchoutés par des maitres-brasseurs. C’est derrière, au fond du stationnement, que prend place notre installation.
 
TROU NOIR au Naufrageur, c’était une ma-gni-fi-que idée qui fit l’unanimité au sein de notre convoit, et ce, dès notre arrivée. Ils sont très fort! Quand une première gorgée te laisse sans mot et te donne envie de convulser, c’est signe que, oui on avait eu une grosse journée, mais c’est surtout une adresse à retenir.

Y’a eu du temps magnifique, des rencontres, toujours plus. La route, tous les jours la route.  Y’a eu un château en bardeaux de cèdre aux multiples inspirations qui nous a laissé ma foi… perplexes. Y’a eu un réveil brutal à 5h05 AM lorsque La Pipiche, garée au mauvais endroit, risquait de se faire emporter par la marée. Y’a eu cette perpétuelle recherche du meilleur «2-œufs-bacon-patate». Nos petites manies apparaissent, c’est du pain de ménage ou rien!

BELLE BELLE GASPÉSIE.

Moins on va vite, moins le temps passe vite.

Ça se calcule. Sur la route, ça se mesure.
 
Deux semaines que le temps s’étire en notre faveur.

Y’a eu St-Louis-du-Ha!Ha!, seule municipalité ponctuée d’une exclamation, pas peu dire ; du pop-corn qui revole sur le public, une pensée toute spéciale pour Marc-André.

La Pipiche bien docile dans les côtes gaspésiennes, on s’est fondu dans le paysage du Sea Shack. Coloré. Surprenant.
 
Y’a eu les cloches, le béluga échoué, un acadien frisé qui gosse son fumoir improvisé du maquereau frais pêché. Les couchers de soleil. Quelques levés aussi.

Y’a eu le Parc de la Gaspésie, sous la pluie. Montage trempé, terrain inondé, démontage tout aussi rafraichissant. Une journée où l’expression «Tant qu’à se mouiller, baignons-nous » revêt un tout autre sens. Et malgré tout, devant nous un public attentif; un show réchaud.

Y’a eu Griffon Aventure. L’accueil, le vent du large, un trottoir qui n’en finit plus. La vue. Les voix. L’installation de la Pipiche, surtout. Deux coups de scie plus tard, une partie de la rambarde amputée, La Pipiche passait. Tassez-vous de d’là, c’est tight!! À flanc de montage, suspendue entre le ciel et la terre : le spot parfait.

Y’a eu un kazou d’écrasé, une rambarde chirurboutée pis des bin beaux sourires.

En route, on a croisé le Trou, celui du rocher là, le temps d’une collation, percés pendant 15 minutes par le mystère du tourisme.

Ah oui... Et pour ceux qui s''inquiètent, notre chapiteau est toute toile tendue, fier et résistant, en pleine forme!!