Dire bientôt.

photo printemps petitVa! Nu-pied. Bientôt y fera chaud.

Le calorifère dort pis les mouches se réveillent, se cognent à la fenêtre, un peu comme moi.

Là, on travaille la longue distance, à huit heures de route si t’arrêtes pas. La création d’entre-saison entre deux régions ; pis c’est ni la blanche Gaspésie, ni la gadoue de Montréal qui va l’empêcher. Les idées nous viennent, ça augure bien. On a les oreilles qui chauffent à force, mais la tournée se prépare. La Gaspésie et les Iles on va y arriver, notre laboratoire créatif packté dans la valise de notre p’tit char crazy-carpet. Des piles pour éclairer nos faces de fou dans une lampe de poche, pis des boîtes, toujours, dans nos boîtes, à chercher la surprise. On prévoit se promener léger, en quête de la place inusitée à s’approprier, du bar pour marcher d’sus, du plus gros arbre du parc, ou du spot là-bas, dans l''coin, entre les deux rangées d''épinettes.

Un show avec ben des tours dans l’chapeau, ben des idées à tester aussi. 

Là, l’printemps est à’ porte, je le vois de ma fenêtre au troisième. \r\n

Y’ose pas sonner. Pas encore. 

Y'avance son heure, mais y sonne pas. \r\n

Y'attend la dernière tempête.

Nos désordres sont désirs

 

On a eu l'automne pour y penser.affiche 01

Y'avait pas d'ultimatum, mais les pieds nous ont vite grouillé.

Y'avait pas d'urgence, mais l'temps attend après personne.

On a eu beau sauter sur place au lieu de s'taper la tête ses murs.

On a eu beau, ben beau, vouloir toutte pis regretter rien.

On a eu l'automne pour s'y faire:  c't''en arrière.

Pis l'hiver s'est ramené.  Sans explications.  Y demande pardon.

Une saison dans le désordre. Avec son lot d'envies, d'idées de projets pis d'arrière-pays.

C't'encore permis d'rêver. Y'aura l'été.

D'ci là, la Blonde et le Frisé se font la bougeotte, se déménage en Haute-Gaspésie.

«Cap-aux-Renard», pis pourquoi pas.  Ça sonne agile et ambitieux.  Le siège social nous travaille.

Y s'prépare un nouveau show, tout chaud tout frais,

Les fileuses, ça c'est le titre d'à date. Y'a pas d'certitudes ni de belles princesses, c't'une histoire d''entre vous et moi, avec beaucoup de péripéties, mais sans intrigue, un conte qui va loin, voir grand pis chercher haut.

Une création de longue distance, qu'on veut promener entre ici pis là-bas.

D'ouest en est, à pied ou en bateau, y'a pas de limites, la Terre tourne de partout.

On perd jamais l'fil, y’est juste dur à suivre des fois...

On va se retrouver pis vous l'raconter.

 

Et revenir à  Montréal.

petit ENT OCT 03Y'a fait beau. Certains disaient l'été indien.

Coin St-Denis-Laurier, qui aurait cru?

Y'a eu l'intervention policière, au sud.

L'incendie, plus bas, au nord.

Tout ça sur St-Denis, un beau jeudi d''octobre qui tombe bien pour nous.
 
La Pipiche revêt ses couleurs d''automne,
Notre monture de tôle totalement urbaine

Était belle pis nous autres rouillés.

Un mois et demi plus tard, on s'retrouvaille,

la blonde, la brune pis l'frisé naturellement là.

Y'a que l'alentour qui a changé.

The show must go on une dernière fois.

Y'a eu l'hospitalité de l'É.N.T. , la visite des pompiers pis nos extincteurs en location.

Équipés qu'on était, pis pas à peu près.

Y'a eu la play liste d''avant show, pour nous remettre d'ins oreilles des désirs de grandeurs.

L'odeur du pop-corn qui ravive les envies de démesure pis les papillons dans l'estomac.

Du public?! Ah, c'pour ça!

Le signal est lancé, les directives données.

D'un accord commun, y'ont comploté du coin de l'oeil. La blonde, la brune pis l'frisé, coquins. Stressés.

C''est l'temps d''y aller.

"Bon spectacle"furent leur dernière parole.

Y'a eu... pas de bruits me semble.


Comme suspendu dans l'silence d'un coin qui grouille.

L'oeil dans la tempête sous protection de la Polaris.

Y'a eu le dernier show.

Trop vite passé. Dans l'temps de le dire deux fois, on saluait. Pis en trois mouvements, le démontage complété, on s'mangeait une pout chez Claudette.

TROU NOIR s'est terminé comme prévue, sous un ciel souriant.

L'oeil dans la tempête sous protection de la Polaris.

Y'a eut le dernier show.

Trop vite passé. Dans l'temps de le dire deux fois, on saluait. Pis en trois mouvements, l'démontage complété, on s''mangeait une pout.

Trou Noir s'est terminé comme prévue, sous un ciel souriant.