L'hiver des Cowboys

00 IMG 0496Y’a neigé, beaucoup.
Y’a plu, encore plus.
Début janvier, le redoux tant redouté.
Après l’été des indiens, nous y v’là : L’hiver des cowboys.
Pow Pow t’es mort. Pas encore.
Le projet À Frette pas mort mais pas fort.
Un début de saison comme une moustache molle, le temps d’un pinch mou, mouillé.
On a attendu la neige. La blonde et la brune météomédia freak.
Pis la tempête est arrivée, en grande pompe.
Le fleuve se gèle la bine le temps d’un trip blanc.
Les flocons me font l’effet stroboscope.
Le territoire fige, Le fleuve effarouche.
Faut pelleter astheure
______
 
On a eu l’choix, C’est pas la place qui manquait.
Le terrain municipal, lui ou un autre.
Toutes ces réponses.
On a dit oui à lui, pis on a changé d’idée.
On a dit oui à l’autre, pis on a changé d’idée.
Parce qu’on avait trouvé mieux. The spot.
 
 
Y’a une p’tite rivière, la La Martre.
A en mène pas large, c’parce qu’est gelée à moitié.
Est cute pareille. On en a fait la cour-arrière du fort À Frette.
Un p’tit fort pour commencer. La forteresse des p’tits.
Y’a eu quatre lectures pour les kids là-dedans. Avec surtout des parents.
Pis samedi dernier, y’a eu l’premier show.
Du tout nouveau, de forme et de fond.
J’appellerais ça de l’art de glisse.
Y déambulait le long du sentier d’la La Martre.
En tête de parade, y’a eu la blonde, la brune pis leur lampes frontales.
Y’étaient gracieuses quek chose de rare.
À leur trousse, un cortège de beau monde, emmitouflé.
C’t’ait un public authentique : joues rouges, habit de ski doo, avec un peu d’morve itoo.
On a mis not’ régie dans un traineau sur des skis, pis on l’a poussé.
Les textes, on les a joués à boutte de bras, sur la grève, entre trois cèdres ou bedon dans l’bas d’une côte.
C’t’ait l’histoire d’une fois.
Une fois il était les mémoires de Lucille Pelletier.
C’te samedi soir-là.
Le show, lui, on l’laissé dans l’bois.
Y’était bien, à bonne place. On y r’viendra pas.
Tout l’monde en a pris un ti-boutte pis y’est repartit chez eux avec, comme des restes qu’on split à gang à fin du repas.
C’t’ait l’histoire d’une fois,
Il était Lucille Pelletier dans ben des mémoires.
 
 
À Frette 2015
FILER