À BROIL

00 gros-cap5S’baigner.

On a cherché la vague.

On a trouvé la vague.

On a frenché la vague.

La Blonde et la Brune surf and turf.

Tention aux courants marins!

On s’est baigné dans pas creux.

On a eu chaud, pis pas juste sul’ bord de l’eau.

On a travaillé fort aussi.

 

Y’a eu les deux shows au Parc de Gros Cap.

On a joué dans un ancien garage, dans une petite salle qui s’aménage. On a joué dehors aussi, dans un bassin à loups marins, dans une piscine à phoque recyclée en place à pique-nique. Pis pourquoi pas.

La lune qui se lève, prend toutte le ciel, le filet qui s’énarve, le vent du large y passe dins mailles. Ça shinait.

Sort le pop-corn, j’m’occupe des bulles, ça pétillait les deux soirs, du rebondis pis des sourires. Y’a eu celui de Fred, en récompense, qui valait mille piastres.

 

Y’a eu la fois, aussi, où on a pas pris de photos.

S’faire enterrer vivante.

C’est l’métier qui nous rentre dedans, reste pogné dans l’gorgotton.

L’envie de brailler.

D’arrêter.

La croud est loud.

Not’ conte est long.

C’est lourd.

Ramène, pis tire, pis tire, pis lâche-les pas!

Y’a de ces soirées qu’on préfère oublier, d’un salut salutaire.

D''la marde les archives.

L’ego s’en souvient.

 

Y’a eu l’avant-veille du départ des îles.

Soir de pleine lune sua’ dune Sandy Hooks.

Le feu de joie à broil.

Nos dos presque nus d’avoir trop chaud.

Des bedaines à l’air, bras d’sus, bras d’sous, morts de rires.

Ça s’dandine de tounes au violon, ça s’déhanche, contre-bassine et boissons fraîches.

Parle, parle, jase, jase, on a veillé jusqu’à l’heure rare, d’avant l’aurore : l’aube.

 

Pis partir des Îles.

Leur dire : À prochaine.

Trouver la traversée ben moins inspirante au retour.

Y’a d’la houle pis y mouille.

TERRE EN VUE!

 

Y’a eu la virée à l’Ile-du-Prince-Édouard.

Charlottetown pis Rustico,y’a eu les douches dans l’vestiaire, le dodo dans l’gazebo, y’a eu le talent show pis d’la claquette. Y’a eu les histoires d’Arthur, la gentillesse à Lionel, l’impression de faire un peu parti de la famille.

 

Deux shows aussi, où on a fait c’qui faut.

Le public avec nous sur la scène.

Le public avec nous sul’ parterre.

Avec nous.

Comme à la maison.

 
FILER
RÉTRO